Globe Lover

Le globe d'une blogtrotteuse

Asie, Japon

Ascension du Mont Fuji

Vue sur le Mont Fuji - Japon

Vue sur le Mont Fuji - Japon

 

Si je vous dis Mont Fuji, quelle est la première image qui vous vient à l’esprit ? Pour moi, c’était celle d’un cône recouvert de neige avec au premier plan des sakuras (cerisiers) en fleurs. C’est finalement en arrière-plan d’un parc d’attractions qu’il m’est apparu pour la première fois … vision irréelle et magique. Pour moi, il n’y avait pas de doute : cette montagne derrière le grand 8, c’était lui. Pourtant la neige avait déjà bien fondu.

 

Coucher soleil Fuji - Japon

 

Le Mont Fuji est un volcan qui culmine à 3776m d’altitude constituant ainsi le plus haut sommet japonais, il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO sous le titre « Fujisan, lieu sacré et source d’inspiration artistique ». C’est un lieu de pèlerinage populaire au Japon. L’ascension du Mont Fuji n’est possible qu’en juillet / août de chaque année. Les vrais pèlerins partent de la base du Mont alors que la plupart choisissent de commencer directement à la cinquième station. La tradition veut que l’on fasse l’ascension de nuit pour admirer le lever du soleil.

Avant de partir…

Renseignez-vous bien sur la météo car il serait trop dommage de faire cette ascension dans de mauvaises conditions et avec une vue bouchée à l’arrivée. Le meilleur site que j’ai trouvé pour cela est celui-ci. Il donne un indice de confiance sur le confort de montée, basé sur les conditions météorologiques au sommet et à la base (l’indice 3 étant le meilleur).

Niveau matériel :
– des vêtements chauds sur plusieurs couches et si vous pouvez garder une dernière couche pour le sommet c’est mieux (quand on s’arrête de grimper, on a vite froid)
– des vêtements contre la pluie et le vent
– de bonnes chaussures de marche
– un sac à dos confortable (évident mais important)
– une lampe frontale (en cas d’ascension la nuit bien sur)
– un chapeau et de la crème solaire (si vous faites l’ascension de jour)
– des gants (pour éviter de se faire mal dans les passages difficiles)
– du papier toilette (on n’est jamais trop prudents)
– de la monnaie (notamment des pièces de 100 ¥ pour les toilettes qui sont payantes)
– des sacs en plastique pour transporter vos déchets
– 2L d’eau (en garder pour la descente car il n’y a pas de refuges)
– de quoi manger : bananes, barres vitaminées, ce qui vous fait plaisir (il y a des super bonbons à la cinquième station, mine de rien ça fait du bien au moral). Si possible, faites plutôt vos courses à Tokyo car tout est plus cher sur place. Dans tous les cas, un magasin est ouvert à la cinquième station pour les achats de base.

Il y a des consignes à la gare de Kawaguchiko et à la cinquième station si vous voulez vous désencombrer.

 

Comment rejoindre la cinquième station depuis Tokyo ?

Plusieurs possibilités : bus, train, voiture et même avion je crois. D’après moi, la meilleure solution est le bus : direct depuis le Keio Bus Terminal à l’ouest de la gare de Shinjuku jusqu’à la cinquième station de Kawaguchiko (comptez 2h30). Pour réserver, c’est ici, cliquez sur Reservation en face de Mt.Fuji 5th. Le trajet passe vite et il y a des paysages magnifiques une fois sortis de Tokyo. Attention, pensez à réserver l’aller-retour tout de suite car les bus peuvent être bondés surtout le weekend. Voici un lien intéressant pour les horaires. Comptez 5400 ¥ l’aller-retour par personne (environ 40€).
Pour ceux qui veulent vraiment utiliser leur JR pass, possibilité de prendre le train jusqu’à la gare de Kawaguchiko (en faisant un changement à Otsuki) puis un bus non couvert par le JR pass jusqu’à la cinquième station.

 

Vue sur Mont Fuji - Japon

 

L’ascension

Il existe quatre différentes voies pour monter le Fujisan, toutes accessibles depuis leur cinquième station. Nous avons choisi le Yoshida Trail pour plusieurs raisons : c’est le plus facile d’accès depuis Tokyo et le plus populaire, il possède donc pas mal d’infrastructures (refuges et centres de secours). Bon et à l’ouverture de la saison, il faut avouer que c’était le seul trail réellement « ouvert ». Il y a aussi les sentiers de Subashiri et Gotemba plus calmes mais plus durs et celui de Fujinomiya-Mishima plus facile mais avec un accès compliqué depuis Tokyo.

Arrivés à la cinquième station vers 19h, nous y sommes restés presque deux heures pour nous acclimater à l’altitude (2305m) puis nous avons commencé l’ascension vers 21h. Il ne vaut mieux pas commencer trop tôt car plus on monte, plus il fait froid … Il faut compter 7.5km pour 1415m de dénivelé, soit entre 5 et 6h de montée pour atteindre le sommet.

On commence l’ascension … par de la descente sur un chemin facile et large. Le trajet est très bien marqué, il est à mon avis difficile de se perdre même la nuit. Puis les choses se corsent rapidement : caillasse, marches, rochers à « escalader » (c’est là que le port de gants prend tout son sens), la montée en zig zag devient de plus en plus raide. On monte tranquillement en faisant des pauses régulières pour boire, manger, se reposer. Les gens se saluent, c’est plutôt bon esprit. La vue de nuit sur les villages voisins est magique, on se sent à mille lieues de cet espace habité. De l’autre côté, on devine le sentier vers le sommet grâce aux lampes des marcheurs et aux refuges allumés qui jalonnent le chemin.

 

Vue nuit Fuji - Japon

Montée - Fuji

 

On passe devant plusieurs refuges sur le chemin: on peut s’asseoir à l’extérieur sur les bancs gratuitement ou y rentrer pour dormir, commander une boisson chaude et manger un petit quelque chose mais les places sont chères. Pour un café commandé, on peut s’installer 15 minutes et pas une de plus. En pleine saison ou le weekend, il vaut mieux réserver sa place pour y dormir, car apparemment c’est pris d’assaut.

Petite astuce : vous pouvez acheter des bâtons de marche à la cinquième station (ou des petits bâtons qui prennent beaucoup moins de place) puis les faire graver au fer à chaque refuge pour 200 ¥ (pour chaque tampon). C’est un souvenir sympa mais finalement pas très économique.

 

Drapeaux Refuge - Japon

Intérieur d’un refuge

Refuge Fuji - Japon

Intérieur d’un refuge

Pyrogravure Fuji - Japon

Pyrogravure

Torii Fuji - Japon

Lampe frontale et Torii

On passe ensuite le torii de la neuvième station pour le dernier effort avant d’arriver au torii du sommet. Sur ce tronçon, la foule est bien plus dense et il y a même des embouteillages pour atteindre l’objectif, ce qui enlève un peu de magie à l’instant. Et encore nous y étions en semaine, je n’ose pas imaginer comment ça se passe le weekend. Mais ne vous inquiétez pas si vous êtes coincés dans les bouchons, la vue à ce niveau-là est déjà exceptionnelle.

Vers 4h30, après des heures d’effort dans la nuit et le froid, le soleil se lève devant nos yeux émerveillés. J’ai ressenti à ce moment-là une grande émotion balayant toutes les difficultés rencontrées.

 

Soleil levant - Fuji

Statue arrivée sommet Fuji - Japon

Foule - Fuji - Japon

Soleil levant - Fuji

Soleil levant - Fuji

Soleil levant - Fuji - Japon

Soleil levant - Fuji

 

Dès que vous êtes rassasiés de cette vision enchanteresse, n’oubliez pas d’aller voir le cratère enneigé, c’est sublime. Vous pouvez en faire le tour, apparemment ça prend environ une heure.

 

Soleil levant Fuji - Japon

Sommet Fuji - Japon

Cratère Mont Fuji - Japon

Cratère Mont Fuji - Japon

 

Il est ensuite temps de prendre le chemin du retour. Certes beaucoup plus rapide que la montée, la descente est pénible et raide. Le côté positif, c’est d’admirer enfin le paysage qu’on pouvait seulement imaginer de nuit. Et quel spectacle, la vue sur les montagnes et les lacs environnants est magnifique.

En raison de la nature volcanique du chemin, j’ai préféré descendre en courant pour, paradoxalement, éviter les glissades.

 

descente Fuji - Japon

Refuge Fuji - Japon

Torii Fuji - Japon

glacier Fuji - Japon

Descente Fuji - Japon

Vue montagne depuis Fuji - Japon

Vue montagne depuis Fuji - Japon

Vue montagne depuis Fuji - Japon

Vue montagne depuis Fuji - Japon

 

De retour à la cinquième station, on se change dans les toilettes et on mange un petit bout avant de reprendre le premier bus de la journée pour rejoindre Tokyo. Je n’ai jamais aussi bien dormi dans un transport en commun. Puis retour à l’hôtel pour prendre une bonne douche et faire une sieste avant de reprendre une activité normale.

Et pour finir, comme le dit l’adage : « Celui qui a gravi une fois le Mont Fuji est un sage. Celui qui l’a fait deux fois est un fou ».


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/4/d479812241/htdocs/globelover/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

14 commentaires

  1. Noémie

    Amazing. Je pense que tu as mitraillé et que le tri a été compliqué…
    En tout cas les photos sont superbes et ça donne juste envie d’enfiler ses chaussures de rando (que je n’ai pas :D)
    Quand est ce qu’on voyage ensemble ?

  2. Anaëlle

    Ce pays est décidément fascinant. L’endroit est splendide et tes photos sont magnifiques, de vraies petites pépites ! Hâte de voir la suite de votre périple et de rêver encore un peu plus 😉

  3. LAURET Isabelle

    Que c’est beau! Les photos sont superbes! Commentaires complets, ya plus qu’à suivre la démarche

  4. Plate&Fork

    C’est tout simplement grandiose ! Le Mont Fuji m’a toujours fait rêver, vu de Tokyo il est si impressionnant, sorti de nul part comme le Kilimandjaro.
    Je ne suis jamais encore partie au Japon dans l’idée de le gravir, maintenant j’y réfléchis ! Je pense que c’est une découverte à faire dans ce si beau pays !
    Anne-Lise

    ps: les photos sont sublimes !

    • akglobelover

      Merci c’est très gentil :). Je pense effectivement que cela vaut le coup, c’est vraiment une expérience unique !

  5. emilienne

    Connais tu le site CEWE pour faire ses livres photos, je pense que tu y trouverais de quoi t’amuser, tes reportages photos me font penser à certains modèles en expo sur le site surtout en page 7 ou 8 celui sur l’australie.

  6. J’ai fait l’ascension cet été. nous n’entions pas du tout préparés et nous sommes montés sans vêtements chauds c’est l’horreur on est du coup monté en 4h30 tellement on est monté vite à cause du froid. mais en effet nous sommes arrivés trop tôt en haut et nous avons du attendre que les petits restaurants ouvrent. Définitivement pas le bon choix mais c’était tout de même incroyable. cette vue… et puis juste le fait de l’avoir fait.

  7. Wouah, c’est quelque chose que je rêverais de faire, mais qui m’effraierait aussi en même temps, je ne suis pas une grande randonneuse… 🙂

    • akglobelover

      Ça vaut vraiment le coup! Je ne vais pas mentir ce n’est pas la petite balade de santé, il vaut mieux être en forme mais le spectacle est grandiose!

  8. Camille Rives

    Bonjour ! j’ai pour projet cet été de monter également le Mont fuji, je me doute qu’il faut une certaine condition physique, mais pour une personne ayant un léger surpoid et peu d’activité physique, cela est’il possible ou non ?

    • akglobelover

      Bonjour Camille, je ne vais pas mentir, ce n’est pas une promenade de santé, ça grimpe bien et il y a l’altitude à prendre en compte. Moi je ne fais pas bcp de sport et ça s’est bien passé mais j’ai pas mal d’endurance en randonnée. Je pense qu’il n’y aura pas de problème mais prépare toi un peu.

Laisser un commentaire...

Theme by Anders Norén